Archive | e-commerce RSS for this section

Parce que servir un client omnibuyer nécessite une logistique Everywhere…

L’ancien Monde

Le client achète dans la zone accessible depuis sa position géographique, aux horaires d’ouverture des magasins.
Les distributeurs se battent avec des contraintes physiques identiques, qui les amènent à proposer un catalogue limité de produits, avec un nombre limité de concurrents.
Les process et systèmes logistiques changent peu après une période initiale d’optimisation, et doivent uniquement être robustes et industrialisés pour coûter toujours moins chers

Le Nouveau monde

Le client peut acheter ce qu’il veut, et quand il veut, en affichant instantanément les propositions concurrentes. Ceci nécessite tout d‘abord de capter le client à travers les magasins, des sites web & mobiles, une market place…puis de ressortir le meilleur en prix, délais et qualité de livraison.

Les process et le système d’information logistique doivent refléter cette réalité, en apportant:

– une solution adaptée à chaque brique parmi celles qui composent la chaîne de distribution physique depuis le fournisseur jusqu’à la livraison au client final: usines, entrepôts, réserve de proximité, magasins ou agences

-un applicatif « cerveau » capable de piloter cette exécution dynamiquement , soit via un outil dédié tel qu’un Distribution Order Management, soit via des fonctions qui font cette orchestration au sein d’autres solutions types ERP ou back-office magasin.

Cette offre est complètement modulaire, car chaque client peut avoir d’ores et déjà une ou plusieurs briques en place dans son système de distribution existant, et elle doit s’adapter le plus souplement possible aux changements perpétuels induits par une concurrence innovante et mondiale et des changements technologiques rapides.

 Les différents points de la chaîne de distribution omnicanal

Ceci posé, traduisons ce qu’omnicanal (aussi appelé omnichannel) veut dire pour l’exécution logistique. Il s’agit simplement d’être capable de choisir en temps réel la façon la plus efficace de:

Préparer une commande pour un client final depuis n’importe quel point de la chaîne de distribution physique

Expédier ou servir sur place une commande à un client final depuis n’importe quel point, et vers n’importe quel point de la chaîne de distribution physique

  • La chaîne de distribution physique peut être représentée ainsi:
  • L’éco système IT omnicanal qui entoure cette chaîne de distribution physique peut ensuite être représenté ainsi:

Les technologies existent, les bénéfices de la mise en place de cet environnement ne cessent de se multiplier (en voici encore un éclatant exemple ici ), mais tout cela tarde à se développer, notamment en France.

Les raisons de ce retard sont multiples, mais au pays d’Asterix peut-être n’est il pas inutile de rappeler que ces systèmes ont pour effet d’aplanir et de décloisonner les organisations, menaçant donc la culture de la baronnie

Si dans le sillage d’Amazon les pure players n’étaient pas aussi performants les retailers pourraient évoluer peu, et à leur rythme, mais ce n’est -selon nous- plus du tout le cas.

Ceux qui peineront à servir le client de façon aussi performante que leurs camarades digitaux vont souffrir. Et seule une dorsale logistique réellement temps réel et omnicanal permettra cette indispensable mue: elle en est la colonne vertébrale.

Publicités

Loi Hamon : du nouveau pour les e-commerçants

Par Pauline Poissonnier, Consultante Logistique, Hardis Group

e-commerce loiFace à l’essor du e-commerce (dont le CA a augmenté de plus de 50% en 3 ans, pour atteindre 45 milliards d’euros en 2012) le gouvernement souhaite sécuriser les achats en lignes en assurant une meilleure protection des consommateurs. Pour ce faire, un projet de loi sur la consommation entrera en vigueur le 13  juin prochain.

Le projet se décline en deux mesures phares, auxquelles s’ajoutes plusieurs contraintes d’information renforcée tout au long du parcours d’achat.

Lire la Suite…

L’e-commerce et les enseignes de bricolage

Par Michael Ménager
POUR LES ENSEIGNES DE BRICOLAGE, L’E-COMMERCE EST PLUTÔT UNE AFFAIRE DE MARKETING

Nous sommes tous des bricoleurs ! Il est un fait que la couverture des magasins de bricolage est telle, aujourd’hui, que les bricoleurs ont encore tendance à aller chercher leurs produits plutôt qu’à surfer sur la Toile. Pour Fabien Corne, directeur de projet chez l’éditeur grenoblois Hardis, l’e-commerce n’a pas encore vraiment conquis la planète du bricolage.

  Lire la Suite…

e-commerce : la mécanisation des entrepôts en questions

Par Florent Boizard, Directeur de la Business Unit Supply Chain, Hardis Group

2013 a une nouvelle fois confirmé la tendance : le e-commerce se porte bien. A condition de répondre correctement aux exigences des clients en termes de qualité de service, de délais de livraison et de tarifs. Pour les professionnels de la logistique, les enjeux organisationnels sont nombreux. La mécanisation des entrepôts peut-elle y répondre ? Lire la Suite…

La gestion des retours : un levier du e-commerce

Par Michael Ménager

Un des grands frein du développement du e-commerce est la gestion du retour pour et/ou par le client.

Cela prend du temps, il ne sait pas toujours comment s’y prendre, ni combien cela va lui coûter…et donc il en a peur. Lire la Suite…