La radiofréquence en entrepôt

Par Michael Ménager

RF : pour quoi faire ?
La radio fréquence est une infrastructure informatique qui permet l’utilisation de matériels tels que des scanners ou autre module vocal pour communiquer avec un système en amont transmis par les ondes WIFI afin d’échanger des informations en temps réel.

Cela permet ainsi à chaque acteur du flux d’avoir des informations en phase avec les opérations sur le terrain. Les applications de ces outils sont multiples : production (suivi de la mise à disposition des matières premières, suivi et stockage des produits finis, expédition, etc…), plateforme logistique (réception, mise en stock, préparation, expédition, etc…).

Différents types de matériel

Il existe différents types de matériel utilisant la radio-fréquence, on peut citer :

  • Les terminaux mobiles varient suivant leur application et peuvent ressembler soir à des PDA, soit à des scanners, mais reposent globalement sur le même principe, à savoir un boitier (appelé terminal) avec :
    • un écran : tactile ou non, couleur ou noir et blanc
    • un clavier : numérique ou alphanumérique
    • un scanner sur la tête : oscillation large ou faible, déclenchement manuel ou permanent, …
    • des options existent telles que : gâchette type pistolet, sangle pour bandoulière, holtser ceinture, protection extérieure « anti-choc », ….
  • Les embarqués caristes sont embarqués sur les chariots et facilitent les mouvements du cariste. Ils se présentent sous la forme d’un écran fixé dans le champ de vision du cariste et à portée de main (pour les tactiles). Ces écrans peuvent être équipés de clavier voire d’un disque dur en complément.
  • Les pupitres mobiles consistent à installer sur un pupitre un écran pleine page permettant de réaliser des opérations complexes sur le terrain (réception évoluée, retours…)
  • Les imprimantes mobiles. On a souvent tendance à l’oublier, mais les imprimantes (grosses ou petites) peuvent aussi être implantées sur l’infrastructure WIFI en place. De nombreux modèles existent avec des applications diverses : de l’impression A4 laser à l’étiquette thermique A6. Dans le cas d’une intégration d’imprimante WIFI, il est très important de la mentionner lors de l’audit de couverture du site. En effet, les flux d’impression peuvent être de gros consommateurs de bande passante du fait de la taille des fichiers d’impression.
  • Les tablettes tactiles. Un nouveau type de matériel arrive petit à petit sur le terrain : la tablette tactile. Reliée à un scanner, elle offre un large écran et malgré son application professionnelle – usage intensif et en milieu potentiellement poussiéreux – elle se révèle un choix intéressant avec une application plus large que les opérations « simples » de scan. En effet, depuis ces tablettes, il est aisé de consulter une information sur un WMS ou un ERP par exemple. Ses points faibles majeurs restent toutefois le vol et la résistance au choc.
  • Les modules vocaux. Les applications vocales couvrent chaque jour de plus en plus de fonctionnalités dans les entrepôts et les technologies ne restent pas à la traine, bien au contraire. Composés généralement d’un duo Batterie (accrochée à la ceinture) + Casque-Micro personnel à chaque opérateur, il peut se voir compléter par un scanner (à déclenchement automatique) positionné sur le poignet ou le doigt suivant l’application

Nous aborderons une prochaine fois la RFID qui repose sur une architecture et des matériels relativement spécifiques à ce mode d’acquisition de la donnée.

Implanter la radio fréquence
Implanter de la radio fréquence n’est pas une problématique en soit. Mais le choix du matériel reste un critère incontournable lors de sa mise en place.
Support de votre activité (logistique, industrielle), la RF doit être aussi performante que fiable. Chaque opérateur l’utilisera ainsi sans même y penser.

Voici donc une todo list des étapes pour la mise en place d’une RF qui vous convient et non qui convient à votre commercial.

Le choix du matériel RF

Après l’audit de couverture qui supportera votre solution RF, intéressons-nous aux matériels manipulés par vos opérateurs. Avant tout, quel que soit le choix final du type de matériel, il est important d’impliquer un ou deux opérateurs dans le choix (sélection + test). Ils seront un sérieux atout lors des tests (point fort, point faible en application réelle) et de l’implantation sur le terrain.
Votre choix dépendra essentiellement de votre type activité : suivant les opérations effectuées avec le matériel RF, il faudra prendre en compte diverses notions telles que :

  • Des caractéristiques techniques :
    • l’autonomie, le poids, un écran tactile (ou non)
    • la capacité de lecture d’un ou plusieurs types de code barre (ean 13, ean 128, …)
  • Des facteurs liés à l’environnement de travail :
    • la robustesse : travail en grande hauteur
    • waterproof : travail en extérieur ou températures négatives…
    • luminosité : pour les zones peu éclairées, un clavier rétroéclairé sera recommandé. Au contraire, une zone très éclairée vous fera préférer un écran antireflet.
  • La typologie de vos opérations :
    • scanne de codes-barres : petits et/ou grands, proches et/ou loin,
    • saisie d’information alphanumérique ou numériques seules, …
    • sélection de l’information par simple sélection tactile sur l’écran
  • Les futurs utilisateurs :
    • un opérateur sur chariot : un écran large et tactile sera préféré à un scanner simple
    • un opérateur avec les mains occupées : un scanner avec une sangle ou qui se pose à la ceinture lui facilitera sa mission
    • un opérateur avec ou sans gant : le clavier doit être facile d’utilisation
  • Du ou des systèmes connectés (WMS, ERP):
    • le logiciel du terminal permet-il l’accès à 2 applications en simultané ?
    • est-il simple de changer de système, par une touche fonction par exemple
    • le clavier permet-il un accès facile aux touches les plus courantes de vos systèmes comme les touches fonctions F1, F2,…, F12 ? de la en découlera un clavier 26, 48 ou 68 touches
    • l’écran permet-il d’afficher l’ensemble des informations de vos systèmes ?
Audit de couverture et les antennes

L’audit de couverture est LA première étape avant l’implantation d’une RF performante. Cet audit, qui peut être réalisé par le fournisseur de matériel RF, permet d’équiper votre zone d’opération d’une couverture WIFI suffisante dans le cadre de votre utilisation.

Il en résultera une préconisation sur le modèle d’antenne à mettre en place le positionnement dans le bâtiment et donc le nombre une carte des émissions radio (qualité du signal)
Mais vous incitera aussi à vous poser des questions sur :

  • Le positionnement de la baie informatique qui centralisera les connexions des antennes. N’oubliez pas qu’une antenne est toujours alimentée en réseau et en électricité pour pouvoir émettre (pensez à mettre éventuellement un onduleur). Une baie positionnée de manière centrale dans le bâtiment vous fera économiser des coûts liés aux longueurs de câbles installés et des antennes auto alimentées (câble réseau + électrique) seront plus cher à l’achat mais pourront vous faire réaliser des économies lors de l’installation (un câble au lieu de 2).
  • Le dimensionnement des lignes en place. Suivant que votre RF doit communiquer avec un site extérieur ou non (serveur WMS ou autre), il est important de valider que l’infrastructure des lignes en place soit dimensionnée pour supporter le flux généré par la RF. Le cas échéant, des lenteurs se feront ressentir sur le terrain sans pour autant que la RF soit en cause.
Maintenance et équipements du parc
Un matériel RF est un matériel relativement couteux. Il est fortement recommandé d’éditer des règles d’utilisation mais aussi de les faire appliquer.

Un matériel RF mobile peut vite se « perdre ». Il suffit de le poser sur une palette pour ne plus le retrouver (l’opérateur ou la palette a bougé). Il est donc important de sensibiliser vos opérateurs à ce points mais aussi de leur mettre à disposition des équipements pour qu’ils puissent appliquer vos règles tels que :

  • armoires avec rangements (par équipe ou zone, voire personnelles dans le cas du vocal). Par exemple des armoires spéciales existent pour le rangement des modules vocaux ou des scanners.
  • des chargeurs de batteries : il est recommandé de les mettre dans ces mêmes armoires, …
En complément à cela, instaurez des inventaires quantitatifs et qualitatifs de ces matériels. Vos opérateurs viendront rarement vous prévenir qu’un terminal est défaillant ou a disparu (suite à une chute ou autre). Prenez donc les devant via ces inventaires et profitez-en pour leur rappeler qu’il est bénéfique pour tout le monde d’être au courant au plus tôt. De même, certains fournisseurs peuvent vous fournir des logiciels de gestion de parc (ou supervision) qui permettent :
  • la gestion des matériels mobiles mais aussi des switchs et des antennes
  • le suivi des réparations
  • les alertes des matériels

Ces informations sont, dans certains cas, directement transmises à votre fournisseur pour être le plus réactif possible.

Il est recommandé, suivant votre stratégie, de prévoir un matériel ou des pièces de rechange :

  • Dans le cas où le contrat de maintenant prévoit un échange, vous pourrez n’avoir que peu de matériel de rechange. Toutefois, n’oubliez pas qu’il vous faut au moins un matériel de rechange pour remplacer le défectueux le temps de la réparation par votre fournisseur. Avoir au minimum 5% du parc en secours qui servira au moins le temps de l’aller-retour pour réparation n’est pas du luxe.
  • Dans l’autre cas, 10% du parc (matériel + batterie) est un seuil acceptable pour un parc utilisé par des opérateurs effectuant de nombreuses manipulations quotidiennes.

Dans tous les cas, veillez à porter une attention particulière au coût de votre contrat de maintenance par rapport à une gestion des réparations au coup par coup. Il n’est pas rare que votre contrat vous « sur-couvre ».

Publicités

Étiquettes : , ,

3 responses to “La radiofréquence en entrepôt”

  1. Anonyme says :

    Existe-t-il une étude ou des éléments sur la durée de vie théorique d'un appareil ?
    fbailleul@sider.biz

    J'aime

  2. Michael MENAGER says :

    Ce commentaire a été supprimé par l’auteur.

    J'aime

  3. Michael MENAGER says :

    Bonjour,

    Nous n'avons pas connaissance d'étude sur le sujet.
    L'environnement est à prendre en compte et influence fortement la durée de vie :
    – travail en grande hauteur : risque de chute et donc de casse
    – travail en zone de température négative : forte contrainte sur les batteries
    – …

    En revanche, ce que l'on constate :
    – une batterie à une durée de vie d'environ 2 ans, mais peut présenter des signes de faiblesse à la fin de la première année dues aux nombres et types de cycles de charges
    – un chargeur dure entre 5 et 6 ans suivant son positionnement (environnement poussiéreux ou non)
    – un scanner est très souvent réparable et évolutif en fonction de systèmes utilisés. Il est donc courant de voir un parc de scanner ayant 5 à 8 ans

    Cordialement

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :