Castorama déploie un WMS unique sur tous ses sites

Castorama a harmonisé les processus logistiques de l’ensemble de ses sites tout en réduisant de deux tiers ses coûts informatiques.

D’une superposition de solutions…
Créée en 1960, l’enseigne Castorama est connue de tous les français. Depuis 2002, elle fait partie du groupe Kingfisher, n° 1 européen et n° 3 mondial du secteur du bricolage et de l’aménagement de la maison. Castorama compte 103 magasins en France, au service de plusieurs millions de clients (51,6 millions de passages en caisse annuels), ainsi qu’un site marchand. Avec plus de 50.000 références (dont 10.500 achetables en ligne), l’optimisation de la chaîne logistique est au cœur des préoccupations de l’enseigne de bricolage.

Pour gérer l’activité des neuf sites en charge de l’approvisionnement des magasins ainsi que de l’expédition des commandes de la boutique en ligne, Castorama s’appuyait jusqu’en 2008 sur quatre solutions distinctes : trois pour la gestion du stockage sur les différentes plateformes et une globale pour la gestion du cross-docking. Outre une hétérogénéité des processus d’un site à l’autre ainsi qu’une absence de vision globale de la logistique, la multiplicité des outils générait des coûts importants : licences multiples, gestion des infrastructures informatiques, évolutions fonctionnelles à mettre en œuvre sur chaque système, etc.
…au choix d’un outil global, édité et infogéré par un partenaire unique
En 2008, les équipes de Castorama décident d’équiper tous les sites du même logiciel et de procéder en deux phases : une première pour équiper le site de Châtres (77), le principal site logistique de l’enseigne, qui héberge à la fois les activités de stockage, de cross-docking et de e-commerce ; une seconde pour déployer la nouvelle solution sur les autres sites logistiques et optimiser l’ensemble de la Supply Chain.

Parmi les cinq éditeurs ayant répondu à l’appel d’offres, tous proposaient des solutions sensiblement équivalentes, tant en termes de périmètre fonctionnel couvert que d’interfaçage avec le système d’information existant. Pour l’enseigne, l’essentiel était ailleurs : « compte-tenu des délais que nous nous étions fixés, nous souhaitions trouver un partenaire capable de nous fournir lui-même des services d’hébergement et d’infogérance de la solution », se souvient Jimmy Ketelers, Account Manager Commerce & Supply Chain de Kingfisher.
Des coûts informatiques divisés par trois
En juin 2008, le choix de Reflex WMS est entériné. Dès janvier 2009, la solution est déployée sur la plateforme de Châtres. Et les premiers résultats ont été à la hauteur des bénéfices attendus. Avec un outil unique, édité et infogéré par Hardis, les coûts directs de l’informatique ont été immédiatement divisés par trois. L’agilité du Système d’Information a quant à elle été sensiblement améliorée : une seule solution, c’est aussi un seul outil à faire évoluer et à interfacer avec le reste du système d’information.

« La réduction des coûts IT sur le site de Châtres nous a permis de financer totalement cette première partie du projet », précise Jimmy Ketelers. Cette première phase terminée, la seconde pouvait être enclenchée : entre mars 2010 et octobre 2011, les huit autres sites logistiques de Castorama (trois sites de cross-docking et cinq sites de stockage) ont ainsi progressivement déployé la solution.
Une chaîne logistique unifiée et optimisée
La mise en œuvre d’une solution unique a permis d’homogénéiser les processus (avis d’expédition, bons de livraison, étiquettes…) sur les neuf sites, et de limiter considérablement le nombre de ressaisies ou de vérifications manuelles. Les saisies annoncées cross-dock pour les flux venant des sites de stockage ont même été totalement supprimées. En outre, les sites qui sont passés de la radio fréquence au vocal en préparation ont enregistré une augmentation de leur productivité de 15%.

Aux gains de temps et de productivité des équipes, la solution a également ajouté une meilleure gestion des emplacements de stockage à taille variable. Tandis que la simulation des volumes à transporter dans des camions théoriques, l’optimisation des flux de cross-docking et des transferts intersites ont conduit à une réduction de 1% des frais de transport. De leur côté, les magasins disposent d’une visibilité en temps réel sur l’état d’avancement de leurs commandes et d’une traçabilité complète des flux. Quant aux managers, ils disposent désormais d’indicateurs pour pouvoir améliorer en continu l’organisation de la Supply Chain.
« Au total, l’ensemble des deux projets aura représenté un budget global de plus de 3 millions d’euros. Les nombreux gains et l’optimisation nous permettent d’estimer notre retour sur investissement à seulement 3 ans et quelques mois », se réjouit aujourd’hui Jimmy Ketelers.
Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :